________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 

L’église du village possède trois cloches, dont deux sont classées au titre d’objet depuis le 02/03/1943.  

La première cloche, de 1649, a un diamètre de 72 cm et la deuxième, de 

1712, de 78 cm. 

Elles sont propriété de la commune. 

Des versets figurent sur les deux cloches : un verset de la Sainte Ecriture pour la 1ère cloche et un verset, puis les noms du parrain et de la marraine pour la 2e cloche. 

Veyrines 

St Symphorien de Mahun 

Au Nord du village, deux pans de murs représentent les vestiges de ce qui fut le château de Mahun, demeure médiévale des Pagan, seigneurs de Mahun. Le château de Mahun, édifié autour de l'an 1100 a été détruit vers 1420 par une bande de pillards venus du Centre de la France.  

 

Certains auteurs pesnsent que le fondateur de l'Ordre des Templiers en 1118, Hugues de Payans appartenait à la famille ds Pagan de Mahun. 

 

La famille des Pagan sera à son apogée à la fin du XIII° mais s'éteindra en 1362. Elle nous a laissé en particuliers l'église de Veyrines, vestige du prieuré. 

La commune de Saint Symphorien de Mahun possède donc deux églises.  

 

Sous la terreur, en 1793, St Symphorien devient la commune du Mahun libre. En 1794, les prêtres, religieux et religieuses sont sévérement poursuivis.  

Beaucoup se réfugient dans la commune de St Symphorien de Mahun. On compte à cette époque plus de 20 curés ou prêtres cachés dans des maisons  

des particuliers de la paroisse. 

En 1800, l'école privée de la paroisse de St Symphorien devient un petit séminaire qui reçoit jusqu'à 180 élèves et 7 professeurs, avant d'être transféré 

à Annonay en 1802. 

 

La guerre de 14-18 a fait 49 morts, accélérant la crise démographique liée à l'exode rural. 

A 1h de marche du village se trouve le Chirat Blanc. 

Le Chirat Blanc est le nom actuel d’un sommet rocheux qui culmine à 1100m d’altitude. 

Un chirat, en Occitan, est un important amas de pierres plus ou moins éboulé.On y distingue une enceinte, les restes d’un mur et d'un chemin fait de pierres sèches, 

des fonds de cabanes, datés très approximativement entre les époques néolithique et gauloise. 

Du sommet, on a un magnifique point de vue sur la vallée de la Vocance jusqu'à Annonay, et la Loire.  

 

La commune est traversée d’ouest en est par la vallée du Nant (mot celtique signifiant « vallée, rivière »). 

 

La commune possède deux croix de Peste, une inscrite à l'Inventaire des Momuments Historiques, au village ; une classée au hameau de Veyrines. 

Les richesses de la commune 

Quelques étapes historiques 

Le nom de Saint Symphorien de Mahun vient de "Saint Symphorien" qui fut un soldat martyr, et de "Mahun" dont l'explication est moins certaine. 

  

Le radical "Ma", en celtique, signifie la grandeur, grandeur qui peut être d'origine géographique, évoquant une certaine altitude, mais qui peut être d'origine sociale, évoquant la puissance de la famille qui régnait en ce lieu.  

 

Quant à "dunos", mot celtique latinisé en "dunum", il désigne une colline, puis une forteresse, souvent un oppidum ou ville fortifiée..."Ma-dunum" ou "Maudunum" sont des noms les plus anciennement connus; une contraction de langage en fit "Mahunum" puis "Mahun" dès le XIV° siècle environ. 

Le village de Saint Symphorien de Mahun est édifié à flanc de colline. 

 

C’est un village typique du Nord de l’ardèche. On peut remarquer sur les photos que le village est construit sur une forte pente, lui conférant un caractère très spécial par l’aspect de ses constructions.  

Les bâtiments alentours sont construits autour de l’église en colimaçon, ce qui donne une impression d’expansion progressive autour de celle-ci et ce qui laisse à penser que le village s’est construit petit à petit autour de l’Eglise. Il n’est traversé que par une grande rue de part en part, de haut en bas. 

Etymologie